Master 2

Mention Création-Instauration

L’année M2, est l’aboutissement du projet de l’étudiant en master. Elle comporte deux versants identifiés dans les épreuves du DNSEP : le travail de recherche plastique et le mémoire de fin d’étude.
En 2014-2015, l’épreuve de soutenance du mémoire aura lieu en début de semestre 10, l’épreuve de présentation de la recherche plastique en fin de semestre 10.
Le travail plastique du projet de recherche individuel est accompagné par un enseignant Directeur de projet, et par les enseignants de toutes disciplines, lors de rendez-vous individuels ou collectifs, en atelier ou lors d’accrochages.
Le travail d’élaboration théorique et personnel du mémoire et sa rédaction se réalisent avec un enseignant Directeur de mémoire. Il est partagé, discuté et relancé au sein du Séminaire de (Non) Méthodologie du Mémoire. Il mobilise aussi d’autres ressources de l’ESAA, en particulier la Bibliothèque du pôle documents.

Autres temps de réalisation et d’élaboration, les projets collaboratifs et les projets d’initiation à la recherche : «Arpop », « Pamal », « Les temps de l’oeuvre ».

La préparation aux épreuves est constituée de rencontres et entretiens avec les enseignants et avec des professionnels invités en atelier, du bilan du Semestre 9, d’épreuves blanches du Diplôme organisées au Semestre 10, d’un calendrier d’accrochages et de présentations devant oeuvres à l’école.

Ce parcours de fin d’études constitue l’affirmation d’un engagement artistique.
Le projet de recherche doit être abouti : l’enjeu pour les étudiants sera de nommer et approfondir leur travail tout en maintenant sa dynamique et son ouverture. Il s’agit de le porter à un degré de détermination et de réflexion qui en autorise l’autonomie et le développement à long terme.

Mention Conservation-Restauration

L’enseignement dispensé en seconde année de Master s’oriente vers l’acquisition de compétences méthodologiques et théoriques requises par la construction d’un travail de recherche en lien avec la réalisation d’un projet professionnel. Placé sous la tutelle d’un directeur de projet et d’un directeur de mémoire, chaque étudiant réalise un travail d’enquête et de documentation portant sur un objet confié par une institution publique. L’enjeu consiste à faire état des problèmes que pose spécifiquement cet artefact afin d’envisager un constat d’état et des solutions de traitement ajustées aux contraintes, à la fois patrimoniales ou muséales, et déontologiques propres à la conservation-restauration. Ce travail donne lieu à la rédaction d’un mémoire qui mobilise l’ensemble des acquis assimilés durant les années précédant le diplôme, dont l’obtention repose sur la qualité d’une double soutenance : d’une part celle du mémoire, qui permet de révéler les capacités réflexives, méthodologiques et critiques de l’étudiant, d’autre part celle de sa compétence professionnelle, où celui-ci, par la présentation publique de ses résultats, démontre son aptitude à intervenir, en tant que conservateur-restaurateur habilité par la Direction des Musées de France, sur des collections publiques patrimonialisées.